Les nouvelles

Mulhouse tire un bilan satisfaisant du traitement de l’eau potable par ultraviolets

Chaque jour plusieurs milliers de virus et bactéries agressent notre organisme. L’eau est l’un des premiers facteurs de transmission de ces organismes, pour certains dangereux. Pour parer les éventuelles infections les gestionnaires des réseaux d’eau potable ont le plus souvent recours à des traitements chimiques. La ville de Mulhouse (Haut-Rhin) innove en choisissant le traitement par ultraviolet, une technique qui assure une qualité optimale de l’eau potable.

Si toutes les villes en France et dans le monde sont à même de proposer un réseau d’eau potable digne du nom, reste que le plus souvent l’eau que nous consommons à un goût pas toujours très agréable. Après un traitement physique capable d’éliminer les corps flottants, les débris et les algues, l’eau que nous consommons habituellement passe aussi par un traitement chimique et biologique, afin d’éliminer les micro-organismes en suspension que les tamis de filtration, si fin soient-ils, sont incapables d’arrêter. Le chlore et l’ozone sont les réactifs chimiques les plus utilisés pour désinfecter l’eau en fin de filière, auxquels s’ajoutent des traitements biologiques par l’introduction de bactéries naturellement présentes dans l’eau.

La suite sur Ville Intelligente Mag

Droit : Le traçage numérique de la population en temps de coronavirus : par qui, comment, pour quoi faire ?

Allons-nous vers une localisation numérique des personnes touchées par le Covid-19 ? C’est ce qu’envisage le Gouvernement français. Ce traçage serait effectué via Bluetooth, à partir des téléphones mobiles et une application spécifique. Mais en termes de droit cette solution n’est pas si simple comme le précise, pour notre magazine, Constantin PAVLÉAS, Avocat spécialiste du droit des nouvelles technologies.

Dans la grave crise actuelle que la planète traverse aujourd’hui, nombre de pays utilisent les nouvelles technologies pour aider à juguler la pandémie du coronavirus. On citera la Chine qui a très tôt utilisé un système algorithmique développé par le géant du commerce Alibaba. Sans atteindre un tel niveau d’atteinte aux libertés des individus, plus d’une vingtaine de pays dans le monde ont déjà mis en place des applications technologiques pour accompagner le confinement ou préparer le déconfinement de leurs populations : par exemple, Israël, le Brésil, la Corée du Sud et à nos frontières, l’Espagne ou l’Allemagne, avec des degrés différents d’accès aux données personnelles et de restrictions en matière de libertés. 
  
Pour le moment, en France, les seules données utilisées par les autorités proviennent des opérateurs télécoms, elles sont anonymes et agrégées à l’échelle de plusieurs milliers d’utilisateurs. C’est grâce à cela qu’Orange annonçait qu’un million de Franciliens avaient quitté la région parisienne fin mars par exemple. Ces données, transmises aux autorités locales, ainsi qu’aux principaux services sanitaires permettent de mieux appréhender les flux de population, et les éventuels nouveaux foyers de contamination. 

La suite sur Ville Intelligente Mag

Et si le télétravail devenait la nouvelle norme après la crise sanitaire ?

Afin de limiter la propagation du coronavirus, il a été demandé aux entreprises d’organiser la mise en télétravail de leurs salariés lorsque cela était possible. Ce passage au télétravail s’est mis en place non sans difficultés, tant pour les salariés, que pour leurs dirigeants. Sans compter les risques en matière de sécurité. Mais cette période pourrait servir de test pour des entreprises qui auront besoin de se refaire une santé, une fois le virus passé.

Depuis la mise en place des mesures de confinement général, le 17 mars dernier, pour tenter d’endiguer la progression du Covid-19, les entreprises qui veulent poursuivre leurs activités et qui le peuvent sont invités à placer leurs salariés en télétravail, c’est-à-dire les faire travailler depuis leur domicile. Un moyen efficace pour éviter de croiser d’autres personnes, potentiellement infectées, au sein même de l’entreprise. 
  
Si le travail à domicile est déjà pratiqué en France, sans toutefois dépasser deux ou trois jours, celui-ci demande une certaine anticipation, tant au niveau de l’entreprise, notamment en termes de sécurité, que du salarié qui doit disposer d’un espace dédié pour pouvoir travailler en toute sérénité. Face à l’urgence personne n’était vraiment préparé à télétravailler tous les jours de la semaine, avec en plus le reste de la famille sur le dos et notamment les enfants qui eux aussi, doivent étudier à distance. Qui plus est, pour certains, dans un espace restreint et pas vraiment propice au travail. 

La suite sur Ville Intelligente Mag

Cette année, Laval Virtual sera vraiment virtuel

Règles de confinement obligent, le salon Laval Virtual, organisé chaque année au printemps à Laval (53), est annulé comme beaucoup d’événements organisés sur le territoire français. Mais le virus n’a pas eu raison de la motivation des organisateurs. Le salon Laval Virtual aura donc bien lieu, mais il sera virtuel et ses visiteurs n’auront pas besoin de se déplacer.

Face à la propagation du virus Covid-19, les équipes du Salon Laval Virtual se sont mobilisées pour rassembler et informer le plus grand nombre, en proposant une version virtuelle de l’édition 2020 » annoncent dans un communiqué les organisateurs du plus grand événement organisé en province sur les technologies immersives. Les visiteurs qui viennent du monde entier pourront donc se promener, du 22 au 24 avril prochain, dans les allées du salon, assister aux conférences, aux rendez-vous d’affaires, au festival Recto VRso (art et réalité virtuelle) ainsi qu’à la soirée de remise des Awards, sans quitter leur fauteuil. Une innovation qui va dans le sens des chaines de valeur développées depuis 22 ans déjà par les organisateurs lavallois. 

La suite sur Ville Intelligente Mag

Airbnb, PAP, hôtels… ils se mobilisent pour accueillir les soignants

Belle initiative solidaire et citoyenne que celle proposée par Airbnb et PAP aux particuliers inscrits sur leurs plateformes. Les propriétaires qui le souhaitent sont invités à mettre à disposition leurs logements libres et souvent difficiles à louer pendant la période de confinement, aux personnels soignants, en première ligne de la lutte contre le Covid-19 afin de leur faciliter le repos, les temps de trajets et éviter les éventuelles contaminations.

Depuis le début de la crise sanitaire sans précédent que traverse notre pays avec l’arrivée du Covid-19 sur le territoire français, les opérations de solidarité se multiplient et notamment auprès du personnel soignant des services d’urgence, EPHAD et centres d’accueil, en première ligne de la lutte contre ce fléau.  
  
Malgré le soutien qu’ils reçoivent de la part du public, de plus en plus de soignants se font agresser, notamment lorsqu’ils habitent dans des habitats collectifs. La peur d’être contaminés engendre des situations intolérables de la part de leurs concitoyens. Les soignants sont donc de plus en plus nombreux à chercher à se délocaliser, pour éviter ces agressions, mais aussi et surtout pour ne pas risquer les possibles contaminations entre proches d’un même foyer. 

La suite sur Ville Intelligente Mag

Depuis l’arrivée du coronavirus la téléconsultation enregistre une forte hausse

Depuis le début du confinement lié à la pandémie du Covid-19, les passages par les cabinets médicaux sont de plus en plus rares, les français craignant de contracter le virus dans les salles d’attente. Ils ont alors recours à la consultation en ligne ou téléconsultation une technique de consultation qui peinait jusque-là à démarrer en France.

Alors qu’elle est remboursée depuis septembre 2018, la consultation médicale en ligne (téléconsultation) n’a pas vraiment accroché en France, tant du côté des praticiens que des malades qui préfèrent se rendre au cabinet de leur médecin. Mais depuis la crise sanitaire sans précédent que traverse notre pays, la tendance est en train de s’inverser, la plupart préférant rester chez eux, considérant que les cabinets médicaux peuvent être des foyers d’infection.  
  
Depuis la mise en place du confinement pour réduire la propagation de l’épidémie du Covid-19 sur le territoire français, la téléconsultation est très utilisée selon les chiffres de la CNAM (Caisse Nationale d’Assurance Maladie). Entre le 23 et le 29 mars près d’un demi-million de téléconsultations ont été enregistrées, soit plus de 10% des consultations contre à peine 1% avant la crise sanitaire. C’est au moins l’un des effets positifs de cette crise sanitaire, lequel devrait permettre à la France de rattraper son retard.  

La suite sur Ville Intelligente Mag

#Coronavirus : Smiile annonce la gratuité de son offre pour les collectivités

Réseau social de voisinage, collaboratif et surtout positif, ouvert sur le territoire français, Smiile, annonce la gratuité de son offre pour les villes françaises, pendant la durée de la crise sanitaire que nous traversons. Une proposition qui devrait permettre d’accroitre les relations citoyennes en cette période de confinement.

Trouver de l’aide gratuite ou payante près de chez-soi pour de multiple besoins allant du soutien scolaire, en passant par les travaux ménagers, de jardin, de construction, le dépannage informatique, le prêt de matériel ou pour organiser une fête entre voisins, le réseau social « Smiile  », créée en 2014 à Saint Malo (Ille-et-Vilaine), s’est taillé une part importante sur le marché des plateformes collaboratives et citoyennes qui contribuent au développement de la Smart City… 

La suite sur Ville Intelligente Mag

Ça reste ouvert : une carte des magasins ouverts qui fait appel à l’intelligence collective

Nul doute que la crise sanitaire que nous traversons actuellement et qui ne va pas s’arrêter de sitôt, va bousculer le fonctionnement de nos cités. Pendant cette période particulière, certains font appel à l’intelligence collective pour faciliter la vie des citoyens pendant le confinement. C’est le cas de « Ça reste ouvert », une application créée par des spécialistes de la cartographie collaborative.

Lire la suite sur Ville Intelligente Mag

Houseparty, Zoom, WhatsApp, ces applications qui cartonnent pendant le confinement

Alors que le confinement entame sa troisième semaine, les français ressentent le besoin de garder les liens qu’ils avaient établi avec leur communauté avant l’arrivé du Covid-19. Des applications permettant d’échanger et même pratiquer des activités à distance, ont vu le jour, permettant à chacun, depuis son domicile, de conserver un lien avec l’extérieur.

La suite sur Ville Intelligente Mag

#Coronavirus : Et si le suivi de nos déplacements était la prochaine étape

Suivre nos déplacements, pour mieux cerner la propagation du Covid-19, grâce à la localisation du téléphone portable que chacun a dans la poche, le sujet est délicat et pourrait facilement faire polémique. Un comité de scientifique planche sur le sujet et les opérateurs de réseaux par lesquels passent les informations, affirment que c’est tout à fait possible. Nos libertés individuelles risquent-elles de s’en trouver écornées ?

La suite sur Ville Intelligente Mag